Aerobernie

Web journal actu de l'aéronautique, l'aviation, du transport aérien, de la gestion du trafic aérien, et des aéroports.

Ce que révèle le dernier rapport de PrivateFly

La plateforme de location de jet privé PrivateFly, une entreprise du groupe Directional Aviation, a publié son dernier Rapport sur les tendances de la location de jet privé, qui analyse les vols et réservations de ses clients au cours du premier trimestre 2020, une période grandement affectée par l'épidémie de coronavirus COVID-19.

Legacy 600 on the ground with stairs

Le dernier rapport de PrivateFly révèle les changements majeurs du marché de la location de jet privé en début d'année 2020, à cause de l'épidémie de COVID-19

Le rapport révèle le changement de comportement des utilisateurs de jet privé : des délais de réservation plus courts, une demande importante pour les vols long-courriers et une activité principalement concentrée sur les vols d'évacuation et de rapatriement.

 

« La pandémie de COVID-19 a eu un profond impact sur notre quotidien à presque tous les égards et l'aviation d'affaires n'a pas été épargnée. Notre dernier rapport de tendances reflète un marché et des comportements très différents des précédentes années », explique le PDG de PrivateFly Adam Twidell.

 

Les informations marquantes de ce rapport

  • La demande de vols de rapatriements et d'évacuation transcontinentaux a fait augmenter le nombre de vols long-courriers. La proportion de jets privés super-intermédiaires et long-courriers est ainsi passée à 34% de la totalité des jets loués (contre 18% en 2019).
  • Les voyageurs ont souhaité décoller le plus rapidement possible. 60% des clients de PrivateFly ont réservé leur vol dans la semaine précédant leur décollage et 23% d'entre eux ont réservé le jour-même ou la veille (contre 15% en 2019).
  • Le mardi 17 mars a été le jour du trimestre comptant le plus grand nombre de décollages. Cette date correspond au début du confinement en France et fait suite à l'annonce de nombreuses restrictions de voyage, y compris entre l'Europe et les États-Unis.
  • La ville de New York est restée la destination la plus prisée dans le monde. En Europe, les capitales de Londres, Paris et la métropole de Genève forment le top 3. Ces villes sont populaires tout au long de l'année et ont été des points d'arrivée prisés pour les rapatriements de citoyens vers leurs pays.

 

« À partir de mi-février, notre activité s'est essentiellement concentrée sur les rapatriements et les évacuations. Nous avons organisé un plus grand nombre de vols long-courriers, notamment entre l'Europe et les États-Unis, et la demande de déplacements d'affaires et de vols de loisirs a beaucoup chuté », a ajouté Adam Twidell.

 « Le mois de mars a été particulièrement chargé, nous avons reçu un nombre exceptionnellement élevé de demandes et l'activité de vols était beaucoup plus importante que l'an dernier. Mais les semaines à venir seront difficiles pour nous et pour l'ensemble de l'industrie. »

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

trublion 28/04/2020 07:34

et donc plutôt des vols d'urgence

Bernie 28/04/2020 18:29

Ce qui se comprend facilement.