Aerobernie

Web journal actu de l'aéronautique, l'aviation, du transport aérien, de la gestion du trafic aérien, et des aéroports.

Transport aérien français : un choc sanitaire et économique dans un environnement très incertain

Les compagnies aériennes françaises sont dans une situation financière extrêmement difficile qui nécessite un soutien de l’État.

Les compagnies aériennes françaises sont dans une situation financière extrêmement difficile qui nécessite un soutien de l’État.  Le transport aérien français vit un choc à la fois sanitaire et économique dans un environnement très incertain Aujourd’hui, l’urgence est de consolider l’existant car le transport aérien français est un élément essentiel de la reprise économique des prochaines semaines. Ses effets catalytiques sont essentiels. IATA a ainsi rappelé que le transport aérien contribue à hauteur de 100 milliards à l’économie française et génère plus d’un million d’emplois.  C’est une activité stratégique et un outil de souveraineté pour la nation, la crise sanitaire en cours a rappelé le rôle des compagnies aériennes dans le rapatriement de nos concitoyens et de transport de matériels sanitaires.  L’ensemble des compagnies de la FNAM* envisage une reprise très progressive de l’activité, protégeant en particulier la situation sanitaire de ses clients et salariés, et contribuant à la continuité territoriale en métropole, vers les territoires d’Outre-Mer et les grandes villes mondiales. Elles dédieront pleinement dans les prochaines semaines leurs moyens à participer à l’acheminement des passagers et du cargo afin de soutenir les besoins essentiels du pays et son indispensable connectivité avec le monde.    Le transport aérien français a également pleinement conscience de sa responsabilité sociale et environnementale. Les compagnies se sont engagées résolument dans la transition écologique en conformité avec les grands objectifs écologiques internationaux et notamment les accords de Paris. Aussi, la FNAM rappelle qu’au cours des 30 dernières années, l’empreinte carbone par passager et par km a été réduite de plus de 50% et a baissé de 2% en moyenne chaque année entre 2000 et 2017, grâce aux progrès technologiques et opérationnels réalisés par le secteur. Avant la crise Covid-19, le transport aérien ne représentait que 2 à 3% des émissions de CO2 mondiales – 1,4% des émissions de CO2 nationales soit moins qu’Internet – environ 4% à 8% actuellement. Les compagnies françaises se sentent citoyennes et pleinement responsables tant sur le plan social qu’environnemental, aussi dans ce contexte, la FNAM est ulcérée que certaines compagnies, dont Ryanair, basées hors du territoire français, ne s’acquittant d’aucune fiscalité en France et faisant échapper à la moindre occasion leurs salariés aux règles sociales françaises, conçoivent la période prochaine de reprise du transport aérien comme une occasion de pratiquer délibérément des tarifs prédateurs à 1 euro. Elles imposent un modèle social et environnemental désastreux aux dépens des compagnies françaises, de leurs salariés et du climat.   La FNAM appelle les autorités françaises et européennes à mettre en place de manière urgente les conditions réglementaires en France et en Europe d’une concurrence équitable et vertueuse sur le plan environnemental et social, afin que les compagnies qui s’astreignent à respecter les règles ne voient pas leurs efforts ainsi que ceux de leurs salariés ruinés au profit de compagnies guidées par la seule volonté d’imposer un modèle de prédation.  Aujourd’hui le transport aérien français est un secteur en situation de survie à l’avenir incertain, son effondrement représenterait une catastrophe sociale. La FNAM rappelle qu’actuellement, la pandémie Covid-19 touche 185 pays dans le monde, l’Europe est très fortement impactée. C’est un choc sanitaire et économique sans précédent.   * Fédération Nationale de l’Aviation Marchande

Le transport aérien français vit un choc à la fois sanitaire et économique dans un environnement très incertain

Aujourd’hui, l’urgence est de consolider l’existant car le transport aérien français est un élément essentiel de la reprise économique des prochaines semaines. Ses effets catalytiques sont essentiels. IATA a ainsi rappelé que le transport aérien contribue à hauteur de 100 milliards à l’économie française et génère plus d’un million d’emplois.

C’est une activité stratégique et un outil de souveraineté pour la nation, la crise sanitaire en cours a rappelé le rôle des compagnies aériennes dans le rapatriement de nos concitoyens et de transport de matériels sanitaires.

 

L’ensemble des compagnies de la FNAM* envisage une reprise très progressive de l’activité, protégeant en particulier la situation sanitaire de ses clients et salariés, et contribuant à la continuité territoriale en métropole, vers les territoires d’Outre-Mer et les grandes villes mondiales. Elles dédieront pleinement dans les prochaines semaines leurs moyens à participer à l’acheminement des passagers et du cargo afin de soutenir les besoins essentiels du pays et son indispensable connectivité avec le monde. 

 

Le transport aérien français a également pleinement conscience de sa responsabilité sociale et environnementale. Les compagnies se sont engagées résolument dans la transition écologique en conformité avec les grands objectifs écologiques internationaux et notamment les accords de Paris.

Aussi, la FNAM rappelle qu’au cours des 30 dernières années, l’empreinte carbone par passager et par km a été réduite de plus de 50% et a baissé de 2% en moyenne chaque année entre 2000 et 2017, grâce aux progrès technologiques et opérationnels réalisés par le secteur. Avant la crise Covid-19, le transport aérien ne représentait que 2 à 3% des émissions de CO2 mondiales – 1,4% des émissions de CO2 nationales soit moins qu’Internet – environ 4% à 8% actuellement.

Les compagnies françaises se sentent citoyennes et pleinement responsables tant sur le plan social qu’environnemental, aussi dans ce contexte, la FNAM est ulcérée que certaines compagnies, dont Ryanair, basées hors du territoire français, ne s’acquittant d’aucune fiscalité en France et faisant échapper à la moindre occasion leurs salariés aux règles sociales françaises, conçoivent la période prochaine de reprise du transport aérien comme une occasion de pratiquer délibérément des tarifs prédateurs à 1 euro. Elles imposent un modèle social et environnemental désastreux aux dépens des compagnies françaises, de leurs salariés et du climat.

 

La FNAM appelle les autorités françaises et européennes à mettre en place de manière urgente les conditions réglementaires en France et en Europe d’une concurrence équitable et vertueuse sur le plan environnemental et social, afin que les compagnies qui s’astreignent à respecter les règles ne voient pas leurs efforts ainsi que ceux de leurs salariés ruinés au profit de compagnies guidées par la seule volonté d’imposer un modèle de prédation.

 

Aujourd’hui le transport aérien français est un secteur en situation de survie à l’avenir incertain, son effondrement représenterait une catastrophe sociale. La FNAM rappelle qu’actuellement, la pandémie Covid-19 touche 185 pays dans le monde, l’Europe est très fortement impactée. C’est un choc sanitaire et économique sans précédent. 

 

* Fédération Nationale de l’Aviation Marchande

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article