Aerobernie

Web journal actu de l'aéronautique, l'aviation, du transport aérien, de la gestion du trafic aérien, et des aéroports.

Entre deux bleus - Marie-Stéphane Vaugien

Embarquez pour un tour du monde en 230 pages avec Entre deux bleus par Marie-Stéphane Vaugien (EnvolEmoi Éditions).

Entre deux bleus - Marie-Stéphane Vaugien

Entre deux bleus

Après trente ans dans les airs, Marie-Stéphane Vaugien a définitivement atterri, mettant un point final à sa carrière d’hôtesse de l’air et de chef de cabine.

 

Un livre témoignage sur le métier d'hôtesse de l'air, loin des clichés et des images d'Epina

Avec Entre deux bleus, elle se remémore son expérience, entre rencontres exceptionnelles, destinations lointaines, saveurs, odeurs, musiques d'ailleurs : une véritable invitation au voyage, loin des clichés et des images d’Épinal.

« Entre deux bleus est un livre écrit à fleur de peau, dicté par un besoin fou de partager ses trente ans de vie de funambule, passés dans le ventre des albatros d'acier et de plexiglas que sont les avions », explique Marie-Stéphane.

L’ouvrage invite ses lecteurs à voler à 900 kilomètres à l'heure, à 10 kilomètres du sol, au-dessus des océans, entre ciel et terre, avec 400 autres âmes. La prose de Marie-Stéphane transporte dans des paysages époustouflants, des rencontres avec des gens des quatre coins de la Planète, et fait vivre des histoires sans paroles.

Dans Entre deux bleus, Marie-Stéphane a voulu montrer aux passagers l’envers du décor, ce qu’il y a derrière ce tailleur impeccable et ce sourire indémontable, quand l'hôtesse leur dit "Bienvenu(e)s à bord !".

 

« Avec ce livre, ces confidences cocasses ou émouvantes, je dis à mes lecteurs : "Bienvenu(e)s à bord ... de mon cœur ! Et attachez bien vos ceintures, il y aura des turbulences !" »

Marie-Stéphane Vaugien

 

L’hôtesse de l’air pose ses valises… et commence à écrire

En 2009, Marie-Stéphane quitte définitivement et avec plaisir son uniforme d’hôtesse de l’air : « J’étais ravie de retrouver un rythme de vie normal : être présente à Noël, et ne plus louper anniversaires et mariages ! ». Mais bien vite, l’enthousiasme retombe : « Je me suis écroulée, une belle déprime ! » raconte-t-elle.

« Je n’avais plus mes gentils passagers pour me remercier du bon vol, plus mes collègues pour me faire rire, plus ces bolées d'ailleurs qui me faisaient frissonner, ces paysages à couper le souffle et ces rencontres inoubliables… »

Marie-Stéphane se réfugie dans sa passion, et couche sur le papier tout ce qui lui faisait mal, noircissant des pages et des pages : « Soudain, tous les jolis souvenirs sont revenus en feu d'artifice : les aurores boréales, la Croix du Sud sur fond de voie lactée, la maison de Frida Kahlo, celle d'Edgar Poe, la rencontre avec Clapton, celle avec Dizzy Gillespie… Ça se bousculait dans ma tête, la foire d'empoigne, mes doigts n'allaient pas assez vite sur le clavier ! » Elle qui n’avait pas pris une seule note en trente ans écrit un livre entier : Entre deux bleus.

 

Marie-Stéphane Vaugien

Née il y a plus de soixante ans de l’autre côté de la Méditerranée, en Algérie, de parents français, Marie-Stéphane est arrachée à son pays natal dans les années soixante. À l’âge de cinq ans, elle fait ainsi son premier voyage en avion dans une Caravelle, avec sa poupée Poum et son chien en peluche Moucky, son grand confident.

Marie-Stéphane est amoureuse des mots et de l’écriture depuis toujours : « Enfant, je me ''déchaînais'' en contes et poésies sur une petite machine à écrire reçue un Noël 66… », se souvient-elle. Ses études l’entraînent donc tout naturellement vers les lettres, jusqu’au doctorat de troisième cycle, où elle étudie la littérature et la civilisation afro-américaines, à la Sorbonne avec comme maître de thèse le passionné et passionnant Michel Fabre. Sa thèse, '' L'univers romanesque d'Ernest J. Gaines '', est consultable à la BNF.

Marie-Stéphane Vaugien
Marie-Stéphane Vaugien ©DR

Mais il faut bien manger : pour garder un « toit sur la tête », Marie-Stéphane devient hôtesse de l’air, puis chef de cabine sur les longs courriers d’Air France. Elle passe ainsi trente ans dans les airs avant d’atterrir à 55 ans, quand elle prend sa retraite.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

trublion 04/05/2020 07:19

il est vrai que de là haut, la vision est toute autre

Bernie 04/05/2020 18:56

C'est un autre regard très intéressant.