L’aéroport Brest Bretagne à la pointe en France en matière de sûreté aérienne

L’aéroport Brest Bretagne est le seul en France à expérimenter l’exploitation d’un équipement de sûreté de dernière génération permettant la détection automatique d’explosifs dans les bagages de cabine. Objectifs : améliorer l’expérience des voyageurs au départ de Brest avec un gain de temps à l’embarquement et renforcer la sûreté.

pif aeroport brest bretagne aerobernie Crédit photo : B. Kermarec/Aéroport Brest Bretagne
Crédit photo : B. Kermarec/Aéroport Brest Bretagne
Aéroport Brest Bretagne : expérimentation de l’EDS CB C2, un système de détection d’explosifs pour bagages de cabine

Dans le cadre du programme « Vision Sûreté 2 » - lancé en 2018 par la ministre des Transports Elisabeth Borne lors des Assises du transport aérien - l’aéroport Brest Bretagne s’est porté volontaire pour expérimenter l’EDS CB C2, un système de détection d’explosifs pour bagages de cabine. Il est aujourd’hui le seul aéroport français à l’exploiter.

« D’apparence similaire à un équipement radioscopique généralement utilisé, l’EDS permet de conserver les ordinateurs portables à l’intérieur des bagages ce qui fera gagner du temps au moment de l’embarquement, en particulier pour les vols affaires. Il permet aussi d’emporter des liquides de plus de 100 ml qui font actuellement l’objet de restrictions en cabine » explique Cédric Nebati, chef de la division sûreté à la DSAC ouest.

« C’est un équipement d'imagerie radioscopique, un RX, intelligent, ajoute Grégoire Lery, inspecteur de surveillance à la DSAC ouest et chef de projet de l’intégration de l’EDS à Brest. Il soulage le travail de l’agent de sûreté en l’aidant dans son travail de détection d’explosif. »

Déjà utilisé dans d’autres pays européens (Pays-Bas, Royaume-Uni), l’EDS est actuellement testé pour un an.

En fédérant à la fois l’exploitant de l’aéroport Brest Bretagne (la société ABO, Aéroports de Bretagne ouest), le prestataire de sûreté, la direction générale de l’aviation civile et l’équipementier, l’expérimentation permet d’évaluer le système in situ.

Si celle-ci s’avérait concluante, l’État pourrait déployer ce type d’équipement dans les autres aéroports français.

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

trublion 18/02/2021 06:55

c' est malheureux d'en arriver là, mais le danger est bien réel

Bernie 18/02/2021 18:33

le danger est omniprésent