AURA AERO inaugure sa chaîne d'assemblage à l'aéroport de Toulouse-Francazal

AURA AERO inaugure sa chaîne d’assemblage, lance sa version électrique, Integral E, et se positionne sur le marché du transport régional bas carbone.

Inauguration Aura Aero aerobernie
De gauche à droite : Jérémy Caussade, Président et co-fondateur d'Aura Aero; Jean-Luc Moudenc, Maire de Toulouse et Président de Toulouse-Métropole; Carole Delga, Présidente de la Région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée; Romain Gareau, Sous-Préfet à la Relance; Wilfried Dufaud, co-fondateur d'Aura Aero; Fabien Raison, co-fondateur d'Aura Aero. ©AURA AERO
Chaîne d'assemblage AURA AERO à l'aéroport de Toulouse-Francazal

AURA AERO, le premier constructeur aéronautique digital et éco-efficient, vient d’inaugurer sa chaîne d’assemblage au sein du HM7, son nouvel hangar situé au cœur du site historique de Toulouse-Francazal en présence d’Etienne Guyot, préfet d’Occitanie, préfet de la Haute-Garonne, Carole Delga, présidente de la Région Occitanie-Pyrénées/Méditerranée et Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, maire de Toulouse.

A cette occasion, l’entreprise a officialisé de nouveaux projets dont celui d’un avion électrique 19 places, soutenu par la Région Occitanie, grâce auquel le constructeur ambitionne de conquérir le marché du transport régional bas carbone.

 

Production en série de l’Integral R

Afin de démarrer la production en série de l’Integral R, l’avion biplace nouvelle génération, et lancer le développement de nouveaux appareils, AURA AERO dispose désormais d’une surface de 3 500 m2 (réalisés dans une démarche d’« upcycling », à partir de conteneurs recyclés et de matelas isolants issus d’avions démantelés) sur le site de l’aéroport de Toulouse-Francazal au sein d’un hangar historique, le HM7.

Datant de 1937, le HM7* fut en effet le premier bâtiment de l’Armée de l’Air française et constitue le socle idéal pour héberger AURA AERO, une entreprise audacieuse, respectueuse de l’aéronautique d’hier mais résolument tournée vers l’innovation et l’avenir. Pour le constructeur, produire l’avion dernier-né de l’aviation française dans les entrailles de ce bâtiment est donc un clin d’oeil hautement symbolique à l’histoire !

Sur ce site unique réunissant les zones d’études, d’usinage et de montage, la chaîne d’assemblage, les zones de test et de livraison client, AURA AERO prévoit d’assembler 30 avions en 2022, puis une cinquantaine en 2023. Comptant actuellement une cinquantaine de salariés, AURA AERO prévoit d’atteindre 80 salariés fin 2021.

Outre cet aménagement, qui marque le début de la production de la famille Integral, 2021 sera l’année de la certification d’Integral R, le premier-né de la famille Integral, qui a effectué son premier vol en juin 2020 et livrera ses premiers clients à la fin de cette année.

Cette année verra également le premier vol, cet été, d’Integral S, la version d’Integral à train tricycle, toujours à moteur thermique et destiné à la formation de pilotes professionnels civils et militaires, ainsi qu’aux vols de loisirs.

 

Version électrique Integral E

Également au programme cette année, la version électrique Integral E, qui prendra son envol en 2022 et totalise déjà une cinquantaine d’intentions de commandes.

Mais au-delà, AURA AERO ambitionne de devenir un acteur-clé de l’aviation décarbonée, en développant un avion de transport régional de 19 places à propulsion électrique. C’est ainsi qu’ERA (Electrical Regional Aircraft), devrait effectuer son premier vol en 2024, pour une entrée en service prévue fin 2026.

Visant à offrir des solutions de mobilité point à point abordables et à bas niveau carbone avec également une capacité de transport cargo, ce nouvel appareil de 19 places à propulsion électrique fortement connecté sera doté de moteurs électriques, de batteries spécialement développées pour une utilisation aéronautique et d’une diminution drastique des nuisances sonores.

La Région Occitanie a accompagné AURA AERO dans sa phase de pré-industrialisation, en soutenant le développement d’Integral R à travers le Pass Rebond Occitanie (200 000 €), mais aussi sous la forme un contrat d’innovation pour le développement de la version électrique (1M€) et à travers une aide de 100 000 € pour la structuration de son service export et la prospection de ses marchés prioritaires.

La Région soutiendra (entre 3 et 5 M€) le projet ERA, qui s’inscrit par ailleurs dans l’appel à projets « Démonstrateur d’avion vert dans l’aviation légère » lancé en tout début d’année dans le cadre du plan de relance régional aéronautique, en lien avec l’initiative MAELE du Pôle Aerospace Valley.

Selon Jérémy Caussade, Président et co-fondateur d’AURA AERO : « Grâce à ces nouvelles installations plus spacieuses et fonctionnelles, AURA AERO poursuit sa croissance dans un lieu modulable et évolutif, permettant de poursuivre la campagne de certification d’Integral R , et de lancer la version S à train tricycle et la version E à moteur électrique.

En parallèle, nous amorçons notre stratégie visant le marché du transport régional bas carbone, avec un appareil à propulsion électrique de 19 places, dans l’objectif de créer une coalition compagnies aériennes / aéroports autour de la mobilité aérienne décarbonée. »

Carole Delga, présidente de la Région Occitanie a déclaré : « Nous aurons toujours besoin d’avions. Des avions plus verts, plus légers, électriques et demain certainement hybrides. La France doit être chef de file sur ce sujet. Nous devons faire preuve d’un fort volontarisme politique, en dédiant notamment de nouveaux moyens pour la recherche et le développement.

La Région est aux côtés des entreprises du territoire et soutient les projets innovants comme ceux portés par AURA AERO. Miser sur l’industrie de pointe permettra de créer de nombreux emplois et de maintenir les compétences-clé au cœur de nos territoires. Je tiens d’ailleurs sincèrement à féliciter les équipes pour le travail accompli. Ils ont su en quelques années s’imposer parmi les constructeurs aéronautiques qui comptent ».

 

*Bâtiment historique de l’aéroport de Toulouse-Francazal, le HM7 est un hangar de type Daydé-Jeumont, typique des constructions des années 30. Avec une ouverture de 70 m, une profondeur de 66 m et une hauteur de 10 m, il est doté d’une couverture en tôle d’acier supportée par des arcs circulaires en treillis métalliques).

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
je ne crois pas à l' électrique pour les voitures, alors pour les avions !!!
Répondre
B
Pourquoi ?