Korean Air fait le point sur l'acquisition d'Asiana Airlines

Korean Air a organisé le 31 mars dernier, une conférence de presse virtuelle depuis son siège de Séoul. Le Président de Korean Air, M. Woo Keehong, qui dirige le plan d'intégration post-fusion Asiana Airlines, a fait le point en détail sur la situation actuelle et les projets futurs.

korean air acquisition asiana airlines aerobernie
Acquisition d'Asiana Airlines par Korean Air
  1. Alors que l'industrie aéronautique mondiale continue de souffrir de la crise liée au COVID-19, comment voyez-vous les perspectives de l'industrie cette année ?
  • La demande des voyageurs devrait d'abord se rétablir sur les marchés intérieurs des pays ayant un fort taux de vaccination contre le COVID-19. Cependant, la reprise de la demande de voyages internationaux devrait prendre beaucoup de temps, car les restrictions d'entrée dans les pays doivent d'abord être levées.
  • Nous espérons que le secteur mondial de l'aviation pourra commencer à se rétablir de manière substantielle à partir de 2022, mais il est très difficile de faire des prévisions à ce stade.
  • L'IATA, quant à elle, prévoit que la demande internationale de passagers ne retrouvera pas les niveaux de 2019 avant 2024.
  • Notre division fret devrait enregistrer de bonnes performances au premier semestre car elle devrait profiter de la pénurie persistante de capacité cargo, de la reprise du commerce et des problèmes de logistique d'expédition à travers le monde pour se positionner.
  • Cependant, notre performance cargo sera ralentie au second semestre, car les problèmes de capacité devraient être atténués à mesure que d’autres compagnies aériennes augmentent leurs capacités et reprennent leurs vols passagers.

대한항공-아시아나항공 인수˙통합계획 관련 온라인 기자 간담회

  1. Malgré le COVID-19, Korean Air a été l'une des rares compagnies aériennes à réaliser un bénéfice d'exploitation l'année dernière. Quelles sont vos stratégies pour cette année ?
  • Pour l’activité passagers, la capacité des vols internationaux a diminué de 77 % par rapport à 2019. Nous concentrons nos opérations sur les pays qui autorisent l'entrée des citoyens coréens et les liaisons avec une demande de fret soutenue pour minimiser nos pertes.
  • Dans l’activité du fret aérien, nous avons augmenté notre nombre de vols cargo hebdomadaires à environ 144, soit plus de 7 % par rapport à l’année précédente, afin de répondre à une demande accrue. De plus, nous avons effectué l’année dernière plus de 4 500 vols avec des avions passagers dédiés uniquement au fret et nous continuons à augmenter notre capacité.
  • Cette année, nous continuerons nos efforts pour réduire autant que possible nos pertes d'exploitation. Environ 55 % de nos 8 000 à 9 000 employés basés en Corée continuent de prendre des congés par rotation chaque mois.
  • Nous allons poursuivre nos mesures de sauvegarde telles que la rationalisation de notre organisation, l'amélioration de la productivité, le report des livraisons d'avions, le report des investissements, la réduction des coûts, etc.

 

  1. Korean Air a effectué une vérification préalable des principales composantes d'Asiana Airlines. Pouvez-vous nous informer brièvement des progrès réalisés ?
  • Korean Air a créé 20 groupes de travail composés de 100 experts de différents domaines de l'entreprise et, accompagnée d’institutions consultatives, telles que des cabinets d'avocats et des cabinets comptables, a examiné des documents et mené des entretiens avec le personnel d'Asiana Airlines et de ses 10 filiales pendant environ trois mois à partir de début décembre 2020.
  • Nous avons créé le plan d'intégration post-fusion (PMI) après avoir mené une diligence raisonnable approfondie avec le soutien et la coopération de la Banque de développement de Corée et d'Asiana Airlines.
  • Le plan PMI a été soumis à la Korea Development Bank le 17 mars, et il est actuellement en cours de modification et de mise à jour.

 

  1. Comment se déroulent les approbations du rapport sur les regroupements d'entreprises ? Comment avancez-vous avec chaque pays suite à l'approbation de la Turquie ?
  • Les rapports de regroupement d'entreprises peuvent être divisés en deux catégories, et nous traitons les rapports en conséquence.
  • Neuf pays exigent la soumission de rapports de regroupement d'entreprises, et parmi eux, la Turquie a donné son accord le 4 février. Nous avons transmis des références supplémentaires à la Commission Coréenne du Commerce Equitable après avoir soumis le rapport, et nous assurons également le suivi avec d'autres pays, notamment en fournissant des explications et des documents additionnels lorsqu’ils le demandent.
  • La déclaration des regroupements d'entreprises se déroule sans problème. Cependant, il est difficile de prévoir quand le rapport sera approuvé par les autorités de la concurrence dans chaque pays. Nous travaillons en étroite collaboration avec les sociétés de conseil de chaque région pour achever le processus d'approbation d'ici la fin de l'année. 

 

  1. Pouvez-vous nous donner plus de détails sur le plan d'intégration post-fusion (PMI) avec Asiana Airlines, tels que les objectifs spécifiques, les calendriers d'intégration, etc. ?
  • Le plan PMI comprend des plans sur la façon d'intégrer Korean Air, Asiana Airlines et les trois LCC, et sur la façon d'exploiter efficacement les entrepreneurs affiliés.
  • Pour intégrer Korean Air et Asiana Airlines, des dizaines de projets doivent être menés à bien simultanément, tels que les préparatifs pour une exploitation sûre, l'intégration des systèmes informatiques, des systèmes organisationnels et comptables, des programmes de fidélité et la résolution des problèmes liés aux alliances aériennes mondiales. Par conséquent, nous prévoyons qu'il faudra environ deux ans pour terminer l'intégration une fois qu’'Asiana aura été incorporée en tant que filiale de Korean Air.
  • Dans le processus d'intégration, divers aspects tels que l’avis des autorités de la concurrence, la levée des restrictions sur la société holding en vertu de la loi sur le commerce équitable et les questions de capitaux propres de chaque société doivent être examinés attentivement.
  • À cet égard, nous ne pouvons pas confirmer de plans spécifiques à l'heure actuelle. Le plan d'intégration se déroulera de manière flexible en fonction de la situation.     

 

  1. A quoi ressembleront les structures de gouvernance pour le FSC intégré et la LCC intégrée ?
  • Une fois que les rapports de regroupement d'entreprises auront été approuvés, Asiana Airlines sera intégrée en tant que filiale de Korean Air. Cela créera une structure de gouvernance où Hanjin KAL (société holding) qui possède Korean Air (filiale), à son tour contrôlera Asiana Airlines (sous-filiale). Korean Air prévoit d'intégrer complètement Asiana Airlines environ deux ans après que Korean Air ait réalisé l'acquisition et qu'Asiana Airlines soit devenue sa filiale. 
  • L'industrie de l'aviation étant une activité basée sur les correspondances des hubs, la synergie des réseaux, de sa flotte avions et des ressources humaines sera très limitée si deux compagnies aériennes opèrent indépendamment. L'intégration complète est le meilleur moyen de maximiser la synergie de l'acquisition et sera le seul moyen de conserver et de sécuriser l'emploi à long terme.
  • Dans le cas des 3 compagnies low cost (LCC), Jin Air, Air Busan et Air Seoul seront intégrées en une seule compagnie aérienne. Nous sommes toujours en train d'examiner si la LCC intégrée sera une filiale de Korean Air ou de Hanjin Kal, comme l'est actuellement Jin Air.
  • Nous déciderons du calendrier et de l'orientation après avoir examiné les détails, tels que les fonds financiers nécessaires et les restrictions prévues par les autorités de la concurrence.

 

  1. Que prévoyez-vous pour les secteurs redondants, tels que les opérations de manutention au sol, les réservations et la billetterie ?
  • La capacité en sièges passagers des deux compagnies aériennes sera maintenue au niveau d'avant COVID-19 lorsque le marché sera remis de la crise actuelle. Les prestataires de services au sol de chaque compagnie aérienne seront regroupés en une seule société, améliorant l'efficacité opérationnelle et les économies d'échelle.
  • Nous espérons également intégrer Hanjin Information Systems & Telecommunication et Asiana IDT, partenaires informatiques respectifs de Korean Air et Asiana.
  • Topas et Asiana Sabre, les partenaires respectifs de Korean Air et Asiana, ont fourni aux agences de voyage des systèmes de réservation/billetterie. Puisqu’ils ont des clients et des partenaires étrangers différents qui leur sont propres, nous envisageons de les maintenir séparément après délibération avec les autres parties.

 

  1. Pouvez-vous nous parler des résultats positifs attendus de cette intégration. Quel niveau de synergie prévoyez-vous ?
  • Tout d'abord, la fusion nous permet d'établir un réseau mondial pour les passagers autour de l'aéroport international d'Incheon. Elle soutiendra la croissance et le développement de l'aéroport d'Incheon en tant que plateforme aéroportuaire de l'Asie du Nord-Est.
  • Le fret en bénéficiera de la même manière. Si les avions et les réseaux des deux compagnies sont intégrés de manière efficace, le réseau de correspondance via l'aéroport international d'Incheon sera renforcé, ce qui permettra à Incheon de devenir la plateforme logistique de l'Asie.
  • Les clients pourront également bénéficier de divers avantages, tels qu'un plus grand nombre de destinations, un choix plus large de vol et davantage de possibilités de gagner et d'utiliser des miles.
  • Après l'intégration et le rétablissement complet de l'impact du COVID-19, nous estimons un effet de synergie d'environ 300 à 400 milliards KRW par an (soit 227 à 302 millions d’euros). Toutefois, l'intégration nécessitant des coûts considérables, nous prévoyons qu'il faudra environ deux ans pour atteindre le seuil de rentabilité.
  • Nous serons en mesure d'accroître la rentabilité en rationalisant les routes redondantes, en renforçant la connectivité et en maximisant les avantages de notre coentreprise. En termes de coûts, la consolidation des installations, du personnel, des avions, des terminaux, des organisations de vente, etc. augmentera les économies d'échelle et améliorera les structures financières qui peuvent réduire les intérêts et autres coûts financiers.

 

  1. Les consommateurs sont très curieux de savoir comment les programmes de miles de Korean Air et Asiana Airlines seront combinés. Un plan d'intégration a-t-il été mis en place ?
  • En raison de contraintes juridiques, il est difficile d'avoir une idée précise de l'ampleur du programme de miles d'Asiana Airlines, notamment en ce qui concerne l’accumulation des miles, les performances d'utilisation, les transactions avec les affiliés et le coût unitaire.
  • Lorsque davantage d'informations seront disponibles, nous prévoyons d'analyser de près le programme de miles d'Asiana et de décider du taux de conversion en fonction des barèmes de Korean Air, ainsi que de la manière d'intégrer les grands voyageurs de chaque compagnie.
  • Comme il s'agit d'une question qui intéresse de nombreux voyageurs, nous ferons tout ce qui est nécessaire pour garantir des résultats objectifs et équitables.

 

  1. Que prévoyez-vous de faire des deux marques suite à l'intégration ?
  • Avant l'intégration complète, les deux transporteurs fonctionneront en tant qu'entités distinctes pendant deux ans après l'acquisition d'Asiana Airlines par Korean Air, à l'issue du processus d'approbation du regroupement d'entreprises.
  • Une fois l’intégration finalisée, il n'y aura qu'une seule marque : Korean Air.

 

  1. Korean Air et Asiana Airlines possèdent certaines liaisons similaires. Comment envisagez-vous de les adapter et de les exploiter ?
  • Nous prévoyons de chercher des moyens pour que les deux transporteurs travaillent ensemble, par exemple par le biais du partage de codes, afin d'améliorer le service à la clientèle, mais la synergie sera limitée jusqu'à l'intégration complète.
  • Après l'intégration, nous améliorerons la compétitivité en ajustant les horaires de vol. Nous pouvons accroître l'efficacité en déployant 10 % d'avions en moins tout en offrant la même capacité, et utiliser les avions restants pour de nouvelles destinations ou de nouveaux horaires de vol.

 

  1. Il existe différents types de flotte chez Korean Air et Asiana Airlines. Comment allez-vous les gérer pour améliorer l'efficacité ?
  • Korean Air et Asiana Airlines disposent actuellement de flottes différentes, et même de types de réacteurs différents pour les mêmes modèles. À cet égard, il est nécessaire de simplifier la flotte que nous exploitons. 
  • Toutefois, la simplification de la flotte et des réacteurs ne se fera pas immédiatement après l'intégration, car les livraisons d'avions et le retrait progressif nécessitent un délai important.
  • Il sera relativement plus facile de retirer progressivement les appareils d’Asiana Airlines, car elle possède de nombreux appareils loués dont les contrats prendront fin dans les cinq ans. Nous continuerons à simplifier notre flotte en retirant les anciens appareils sur 20 ans et en introduisant de nouveaux modèles. 
  • Après l'intégration, nous mettrons en place notre stratégie d'exploitation de la flotte sur la base d'un nouveau plan réseau.

 

  1. Il existe des problèmes de monopole liés à l'approbation des rapports de regroupement d'entreprises. Comment envisagez-vous de traiter cette question ?
  • Korean Air et Asiana Airlines représentent moins de 40% des créneaux passagers à l'aéroport international d'Incheon. Ce chiffre est nettement inférieur à la part des créneaux des grandes compagnies aériennes mondiales dans leurs hubs internationaux respectifs en Asie, en Europe et aux États-Unis. 
  • Le marché mondial de l'aviation est totalement ouvert à la concurrence. Même si un transporteur profite d'un monopole, d'autres transporteurs entreront sur le marché et augmenteront l'offre. Comme le marché de l'aviation offre aux clients un large éventail d'options, je ne pense pas que l'intégration posera des problèmes de monopole sur le marché coréen ou mondial.
  • En ce qui concerne le secteur du fret, Korean Air représente 30,2 % du transport de fret au départ de la Corée depuis 2019, et 47,6 % lorsqu'elle est combinée aux 17,5 % d'Asiana Airlines. Les principaux transporteurs de fret, notamment FedEX, DHL, UPS, agrandissent leur terminal à l'aéroport d'Incheon afin d'augmenter le transport hors de Corée. En outre, notre secteur du fret est en concurrence avec les compagnies aériennes des pays voisins, comme la Chine, Hong Kong et Singapour.
  1. Où sera basé le siège des LCC intégrées ? Des rumeurs disent qu'il sera situé à Busan.
  • Jin Air, Air Busan et Air Seoul seront intégrées dans une LCC qui pourra réaliser des économies d'échelle.
  • La base d'exploitation d'une compagnie aérienne est très importante. Air Busan est une compagnie aérienne dotée d'un solide réseau basé à Busan, et Jin Air et Air Seoul ont de bons réseaux à partir d'Incheon. La LCC intégrée améliorera le réseau de l'Asie du Nord-Est/Sud-Est à partir d'Incheon et de Busan.
  • En consolidant ces trois compagnies aériennes, elle peut devenir une compagnie aérienne à bas coût majeure non seulement en Corée, mais aussi en Asie.
  • Il est encore trop tôt pour divulguer le futur emplacement du siège de la LCC intégrée.

 

  1. Les partenaires commerciaux et les entreprises s'inquiètent de ce qui les attend dans le cadre de l'acquisition et de l'intégration de Korean Air, Asiana et de leurs LCC. Comment prévoyez-vous de collaborer avec les partenaires commerciaux ?
  • Une fois que le secteur se sera remis du COVID-19, nous prévoyons de mobiliser pleinement les employés, la plupart des avions, les droits de trafic et les créneaux aéroportuaires de Korean Air, Asiana Airlines et des trois LCC. Après l'intégration, la capacité de transport de passagers et de marchandises augmentera encore en raison de la croissance de l'aéroport d'Incheon et de la compétitivité accrue des compagnies aériennes intégrées.
  • Cela signifie que les activités et le personnel des compagnies partenaires continueront d'être nécessaires.
  • Après l'intégration, nous sélectionnerons les partenaires des compagnies aériennes nouvellement intégrées selon des normes équitables et transparentes, qui sont actuellement appliquées aux partenaires de Korean Air.

 

  1. Que prévoyez-vous concernant la possibilité d'intégration de la MRO ou la création d'une entité distincte ?
  • Permettez-moi de préciser que nous allons exploiter l'activité MRO comme une partie totalement intégrée de l'entreprise, et non comme une société distincte.
  • Ceci afin de garantir la qualité MRO et la sécurité, et de nous permettre d'effectuer les tâches de maintenance urgentes en temps voulu.
  • Nous nous attendons à ce que les demandes de services de maintenance et d'entretien augmentent après la consolidation des compagnies aériennes, et nous renforcerons les capacités et les installations de maintenance en conséquence. 
  • Le marché coréen de la maintenance et de l'entretien est estimé à environ 2 800 milliards de wons (environ 2,1 millions d’euros) en 2019, dont 1 300 milliards de wons (environ 981 000 euros) sont consacrés à la maintenance effectuée par des sociétés étrangères de maintenance et d'entretien.
  • À moyen et long terme, nous développerons davantage les capacités dans les activités à haute efficacité et à haute valeur ajoutée, telles que la maintenance des moteurs et des composants. De plus, en agrandissant nos installations, nous prévoyons d'augmenter  les activités de maintenance faites en Corée de la demande étrangère. Grâce à ces efforts, nous espérons contribuer à l'industrie MRO nationale et créer davantage d'emplois sur le marché.     

 

  1. Quelle est votre position concernant les questions de monopole et les éventuelles augmentations de tarifs après l'intégration ?
  • Le marché mondial de l'aviation est entièrement ouvert à la concurrence ; il n'est donc pas possible d'augmenter les tarifs de manière unilatérale. En outre, tous nos tarifs aériens départ Corée doivent être approuvés par le gouvernement, et les compagnies aériennes ne peuvent pas facturer plus que les tarifs autorisés.
  • Korean Air n'abusera jamais de sa position sur le marché pour augmenter les prix. Nous utiliserons l'intégration pour améliorer encore les services à la clientèle et assurer la sécurité de toutes nos opérations.
  • De plus, nous travaillerons et coopérerons étroitement avec l’aviation civile, Ministère du Territoire, des Infrastructures et des Transports concernant ses activités de surveillance et de stabilisation des tarifs aériens.

 

  1. La restructuration du personnel suscite des inquiétudes. Comment l'intégration est-elle possible sans restructuration du personnel ?
  • Permettez-moi de répéter qu'il n'y aura pas de restructuration des effectifs.
  • Après la consolidation, la main-d'œuvre directe nous sera nécessaire à son niveau actuel car nous ne réduirons pas les capacités opérationnelles après la crise du COVID-19.
  • Après avoir effectué une analyse raisonnable, nous avons conclu au doublon d'environ 1 200 postes indirects en raison de l'intégration. Cela ne sera pas un problème compte tenu du nombre de départs naturels tels que les départs à la retraite et volontaires.
  • Les effectifs seront gérés de manière flexible sans restructuration du personnel, par exemple par des mutations entre départements. Nous communiquerons également étroitement avec chaque syndicat pour assurer une transition réussie.

 

  1. Le problème de liquidité financière a été atténué grâce à l'augmentation de capital réussie, mais le ratio d'endettement de Korean Air reste élevé. Quel est votre plan financier pour conserver vos liquidités ?
  • Après le succès de l'augmentation de capital, le ratio d'endettement de Korean Air a été ramené à 300 %. En conséquence, la note de crédit de la compagnie aérienne devrait être relevée, et nous n'avons aucune inquiétude quant à nos besoins de liquidité.
  • Korean Air émettra des obligations d'entreprise en avril pour la première fois depuis le début de la crise liée au COVID-19, et nous nous attendons à des réactions positives sur le marché. Nous pensons que les marchés financiers et les investisseurs ont confiance dans la stabilité commerciale et financière de Korean Air et des futures compagnies aériennes intégrées.
  • 1,5 trillion de KRW (environ 1,1 milliard d’euros) provenant de l'augmentation de capital de Korean Air sera injecté dans Asiana depuis l'acquisition. Par conséquent, les problèmes de liquidité d'Asiana et de ses LCC affiliées seront atténués. Nous continuerons à surveiller les conditions du marché et à gérer minutieusement l'état de nos liquidités.
  • Korean Air gère également ses liquidités et sa structure financière de manière rigoureuse en reportant les livraisons de nouveaux avions, assurant des congés par rotation des employés et divers efforts de réduction des coûts

 

*Le plan d'intégration post-fusion (PMI) est susceptible d'être modifié en fonction des conditions futures du marché, de l'examen juridique/financier/fiscal, de l'approbation des autorités, des questions relatives à la loi sur le commerce équitable, etc.

LCC : Limited Liability Company = Compagnie à responsabilité limitée

MRO : Maintenance, Repair and Operations = Maintenance, réparation et révision

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article