Elyse Energy lance le projet BioTJet pour décarboner l’aviation

Elyse Energy annonce le développement du projet industriel BioTJet pour produire des carburants aéronautiques durables.

Projet industriel BioTJet

Elyse Energy, spécialiste européen des carburants bas-carbone, annonce le développement du projet industriel BioTJet pour produire des carburants aéronautiques durables en partenariat avec IFP Energies nouvelles, AVRIL et BioNext.

C’est un projet marquant pour le secteur, qui capitalise sur le procédé BioTfueL®, testé et validé dans le cadre du projet éponyme mené de 2010 à 2021.

Face à l’urgence climatique, le transport aérien est engagé dans la décarbonation de son activité. En complément de la sobriété énergétique, le recours à des carburants durables, faiblement émetteurs de gaz à effet de serre, jouera un rôle pivot pour assurer la pérennité du secteur.

Une première industrielle mondiale

Piloté par Elyse Energy, le projet BioTJet vise à construire et opérer la première unité industrielle française de production de biokérosène avancé, à partir de biomasse durable, composée de résidus issus majoritairement de la sylviculture locale et de déchets de bois en fin de vie.

A horizon 2027, le projet BioTJet ambitionne de fournir aux acteurs du transport aérien un volume de biokérosène durable équivalent à 30% de la consommation annuelle d’un aéroport comme Bordeaux Mérignac, ainsi que des produits dérivés pour les secteurs routiers et maritimes, mais aussi pour l’industrie.

Le projet BioTJet capitalise sur le procédé BioTfueL®. Ce procédé a été testé, validé et optimisé dans le cadre du projet éponyme mené de 2010 à 2021 par un consortium regroupant, autour de BioNext, Avril, Axens, le CEA, IFP Energies nouvelles, TotalEnergies et ThyssenKrupp Industrial Solutions.

Première mondiale à échelle industrielle, le projet BioTJet permettra de valoriser un large spectre de biomasses lignocellulosiques, qui n’entrent pas en concurrence avec les usages alimentaires, dans une chaîne combinant torréfaction, gazéification et synthèse Fischer-Tropsch, pour la production de carburants aéronautiques durables et de co-produits comme le bio-naphta, utilisable dans la chimie verte.

Une option d’injection d’hydrogène vert obtenu par électrolyse de l’eau est également à l’étude. A quantité de biomasse équivalente, l’ajout d’hydrogène dans le procédé permettrait en effet de doubler la production de carburants et de contribuer à développer, à court terme et efficacement, l’utilisation indirecte de l’hydrogène pour le secteur aéronautique de demain.

projet BioTJet avril elyse  ifp energies nouvelles aerobernie

« La transition vers un monde bas carbone nécessite une action immédiate et de grande ampleur tout en répondant aux contraintes des secteurs les plus difficiles à décarboner, comme l’industrie et la mobilité lourde, explique Pascal Pénicaud, co-fondateur et président d’Elyse Energy. Le projet BioTJet apporte une réponse immédiate aux enjeux de décarbonation du secteur aérien car elle peut remplacer les carburants fossiles utilisés actuellement sans modifier en profondeur les infrastructures et les motorisations existantes ».

« Nous sommes très fiers que la technologie BioTfueL® entre dans une phase industrielle avec le lancement de BioTJet. Cette étape est l’aboutissement d'une aventure collective de près de 10 ans ayant mobilisé des moyens humains et financiers importants et permis de relever des défis technologiques inédits, indique Jean-Pierre Burzynski, directeur du centre de résultats Procédés d’IFP Energies nouvelles. Nous sommes désormais pleinement impliqués aux cotés des partenaires du projet BioTJet pour réussir le déploiement industriel de cette solution qui permet de réduire de manière significative les émissions de GES liées au transport aérien ».

Vers une filière française de production de carburants aéronautiques durables

Le projet BioTJet a reçu le soutien de l’ADEME dans le cadre du 4ème Programme d’Investissements d’Avenir – France 2030 à travers l’Appel à Projets pour le "Développement d’une filière de production française de carburants aéronautiques durables". Une décision finale d’investissement est attendue fin 2024 pour une mise en opération à horizon 2027.

L’utilisation du biokérosène avancé BioTJet réduira les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 70% en cycle de vie par rapport au kérosène conventionnel. Le projet devrait créer plusieurs centaines d’emplois pérennes et locaux, principalement dans la filière bois, mais aussi sur le ou les sites de production.

avion vert carburant decarbonation aerobernie

En cohérence avec la feuille de route française pour le déploiement des biocarburants aéronautiques durables, la stratégie nationale bas-carbone, et les annonces règlementaires européennes des paquets « Fit-for-55 » et ReFuelEU Aviation, BioTJet permettra enfin de répondre avec une production française aux objectifs d’incorporation de carburants aéronautiques durables dans le pool kérosène.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
important de ne pas impacter l' agriculture
Répondre
B
C'est aussi essentiel pour l'aviation.