Comment Fleasy accélère le développement et anticipe la certification d'un aéronef zéro carbone, destiné au transport de passagers et de marchandises

Fleasy, start-up implantée en région Centre, développe le X8ed, une solution de transport aérien de type VTOL (aéronef à capacité de décollage et atterrissage verticaux) pour le transport de matériel et de personnes.

Au quotidien, la start-up enchaîne les essais et doit anticiper la certification de son aéronef, en préalable à une future utilisation commerciale. Pour relever ces défis, Fleasy s'appuie sur un partenariat avec Hionos, et sa plateforme de développement d'autopilote certifiable.  
Retour sur cette collaboration avec Jérôme Persiani, fondateur de Fleasy.

Le Projet X8ed : “décoller de son jardin et être en 20 minutes au bureau”

Serial entrepreneur passionné, Jérôme Persiani a toujours été sensible aux projets innovants issus de son réseau. Ainsi, quand Arnaud de Ponnat, ingénieur aéronautique chevronné, lui suggère en 2019 une idée un peu folle, “décoller de son jardin et être en 20 minutes au bureau”, il dit “banco”.  
Les deux hommes co-fondent Fleasy autour d'un cahier des charges  simple : transporter deux personnes en toute sécurité, décoller et atterrir à la verticale depuis un endroit contraint. Le tout sans complexité mécanique (pas de pivot des hélices ni des moteurs), mais avec un enjeu de taille : une grande complexité de contrôle logiciel.

Le projet X8ed était lancé ! Il prend la forme d'un aéronef (neuf mètres d'envergure et cinq mètres de hauteur) avec pilote, capable de voler sur 1 000 kilomètres à une vitesse de 300 kilomètres-heure, doté d'une pile à combustible haute température turbocompressée, alimentée par un réservoir d'hydrogène liquide.

Cet aéronef zéro carbone, de 500 kilos de charge utile est propulsé par huit moteurs, et peut transporter un pilote et quatre passagers. La cible : les utilisateurs de jet privé ou d'hélicoptères.

Premier prototype en trois mois

Appartenant à la catégorie des VTOL (Vertical Take-off and Landing aircraft), le X8ed doit obtenir une certification pour voler du fait de ses dimensions et de son usage, à terme, transporter des passagers. Conscients de la charge de travail et de l'investissement financier nécessaire (supérieur à 1 million d'euros) s'ils engageaient le processus seuls, les cofondateurs de Fleasy se mettent à la recherche d'un partenaire. Après une première expérience peu concluante, ils choisissent de faire confiance aux Réseau Innovation BPI et PulsalysC'est ainsi qu'ils rencontrent Hionos, acteur français du drone qui dispose d'une solide expérience de développement logiciel pour les systèmes embarqués aéronautiques critiques.
Trois mois après les premiers échanges avec les équipes de Valentin Brossard, fondateur de Hionos, Fleasy fait voler ses premiers prototypes. Au départ, les essais se faisaient sur des prototypes de taille réduite. Depuis deux ans, les tests se font avec une machine de trois mètres d'envergure.

80 % du logiciel déjà certifiable

Cette rapidité d'exécution provient de l'utilisation de Pulsar Factory, un environnement de développement d'autopilote certifiable créé par Hionos. Cette plateforme facilite le prototypage et rend plus rapide la certification, tout en garantissant la propriété intellectuelle. Elle propose un socle logiciel réutilisable, à compléter par du “sur mesure” selon les projets.
Avec Pulsar Factory, Fleasy a ainsi pu réutiliser 80 % de ce que Hionos avait développé, tout en ajoutant 20 % de comportement spécifique très pointu, en l'occurrence ses propres lois de commandes. Deux automaticiens de Fleasy travaillent à plein temps sur cette partie “sur mesure” propre à leur projet dans cet environnement de développement.
Fleasy a ainsi réalisé un ensemble d'itérations, entre les essais en vol et la modification du comportement. Une fois le comportement établi, la start-up pourra passer à la certification, qui ne concernera que les 20 % du logiciel qui ne sont  pas déjà certifiés. Un réel gain de temps et d'argent. 
« En collaborant avec Hionos nous avons réduit nos coûts de 60 à 70 % par rapport à un scénario où nous aurions travaillé seuls sur notre certification », souligne Jérôme Persiani, fondateur de Fleasy.

Une collaboration de quatre années avec Hionos : plus de 10 000 essais

Les bureaux de Fleasy étant voisins de ceux de Hionos, la proximité des deux entreprises facilite la collaboration. Avec Pulsar Factory, Fleasy a pu développer ses propres outils de commandes tout en maîtrisant son budget. Et ainsi développer cinq générations de machines en quatre ans, en y intégrant du code au fur et à mesure des itérations.
« Nous sommes à quelques minutes de nos terrains de vol, cette proximité facilite nos essais. Nous sommes capables de pousser un code, de le tester, et de faire une correction dans la demi-journée pour faire un nouvel essai. Une vitesse d'itération qui nous a permis de faire 10 000 essais en 4 ans. Cette expérience est enrichissante. Nous avons pu ensemble développer nos propres lois de commandes, ce qui est en soi, un exercice colossal, puis accélérer le développement. À terme, Hionos, notre partenaire clé va nous amener vers une machine certifiée », indique Jérôme Persiani, fondateur de Fleasy.

Prochaine étape, la demande de certification à l'EASA

Fleasy est maintenant tournée vers la prochaine étape, qui va s'étendre sur plusieurs mois : la demande de certification en tant qu'organisation conceptrice d'aéronef. Une fois que le cahier de définition technique du X8ed sera figé, Fleasy le présentera à l'EASA (European Union Aviation Safety Agency). Cette étape prendra environ trois ans, jalonnée de multiples points de contrôle : contrôle des mouvements de l'aéronef, essais en vol et essais destructifs sur certaines parties du VTOL.
 

X8ed_en_vol


Jérôme Persiani espère commercialiser son projet d'ici à sept ans.
Engagés dans leur collaboration jusqu'à cette échéance, Fleasy et Hionos ont d'autres ambitions communes. Ils mutualisent également leurs forces sur l'appel à projets France 2030 conduit par BPI France pour produire en France des aéronefs bas carbone

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Merci pour ce bel article, et j'espère à bientôt pour de nouvelles actu!
Répondre
B
Avec plaisir.
T
nul doute qu'on y viendra, bien des réalisateurs l'ont rêvé
Répondre
B
C'est désormais une réalité très proche.