Collins Aerospace lance une ligne de traitement de surfaces conforme REACh

Acteur de référence pour l’aviation commerciale et militaire, Collins Aerospace réduit son empreinte environnementale avec une nouvelle ligne de traitement de surfaces conforme à la réglementation REACh et ouvre cette activité à de nouveaux marchés.

Collins Aerospace atelier robot
Collins Aerospace propose une ligne de traitement de surfaces conforme REACh

Depuis plus de 100 ans, Collins Aerospace (groupe Raytheon Technologies) joue un rôle essentiel dans le développement, l’intégration et la maintenance de solutions d’avant-garde pour l’aviation militaire et commerciale en France. Sa division Advanced Structures France conçoit, développe et fabrique des produits critiques tels que des actionneurs de vol primaires et bien d’autres produits aéronautiques et terrestres.

Réduire l’impact environnemental

Conscient de son rôle à jouer pour le développement d’avions moins polluants, Collins Aerospace a développé son propre atelier de traitement de surfaces conforme à la directive environnementale européenne REACh[1], situé sur son site de Saint-Marcel (Normandie).

L’entreprise a investi 750 000 euros dans le développement de sa nouvelle chaîne de traitement de surfaces OAS Fine REACh inaugurée en novembre dernier en présence de Sébastien Lecornu, Ministre des Outre-mer et de Clément Beaune, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé des Affaires Européennes.
 

L’OAS Fine (Oxydation Anodique Sulfurique) est un traitement obtenu par immersion dans un bain d’acide sulfurique à température ambiante. Ce procédé incolore consiste à former une couche protectrice d’alumine colmatée ou non sur les pièces traitées. Destinée aux pièces en aluminium et alliages légers, l’OAS Fine offre une forte protection anticorrosion, une résistance au brouillard salin jusqu’à 500h ainsi qu’une couche électriquement isolante.

A terme, OAS Fine REACh remplacera le traitement d’OAC à base de chrome, visé par la règlementation REACh, et incorporera de l’OAD (anodisation dure) qui permet d'obtenir des épaisseurs plus élevées qu'avec un traitement d'anodisation classique. La chaîne de passivation pour le traitement anti-corrosion est également REACh.

Développement sectoriel

Avec sa chaîne OAS Fine REACh, Collins Aerospace entend développer un nouveau marché en ouvrant son service de traitement de surfaces à des clients externes*. « Si ce traitement est utilisé sur les pièces que nous produisons pour nos clients, nous souhaitons aujourd’hui adresser un marché plus large. Dans la mesure où toute pièce mécanique nécessite un traitement de surface, quel que soit le secteur, nous pouvons répondre à toutes les demandes d’industriels souhaitant remplir leurs obligations vis-à-vis de la conformité REACh », souligne Manon Leroy, Chargée du développement commercial chez Collins Aerospace.

Dans son atelier certifié NADCAP, ISO 9001 et EN 9100, qui s’étend sur une surface de plus de 1000 m2, Collins Aerospace dispose de 4 lignes automatisées, 1 ligne semi-automatisée et des Bains pour des prestations de :

  • Traitements de surface 
  • Contrôle non Destructif
  • Préparation de surface

La chaîne OAS Fine REACh a créé une nouvelle dynamique sur le site de Saint-Marcel (Eure) qui accueille depuis juillet 2021 le Siège de Collins Aerospace anciennement basé à Saint-Ouen-l’Aumône (Val-d’Oise). L’équipe a été restructurée avec le recrutement d’alternants et la mise en place d’une administration des ventes pour l’atelier.

Au total, le site de Saint-Marcel emploie environ 450 personnes, dont une équipe de 20 personnes pour l’atelier de traitement de surfaces, et a réalisé un chiffre d’affaires de l’ordre de 150 millions de dollars en 2021.

Collins Aerospace atelier robot aerobernie

[1] Mise en place en 2007, la réglementation REACh vise à sécuriser la fabrication et l’utilisation des substances chimiques au niveau de l’industrie européenne.

*Contact : b7-tscnd.vernon@collins.com

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
on devrait utiliser ce procédé pour les voitures
Répondre