Aéroports de la Côte d’Azur, 1er groupe aéroportuaire neutre carbone niveau 4+ de France

Engagé depuis plus de 20 ans dans une recherche d’amélioration continue de sa politique environnementale, le groupe Aéroports de la Côte d’Azur franchit une nouvelle étape essentielle vers son objectif de parvenir, à horizon 2030, à la pleine neutralité carbone sans compensation.

L’obtention de la nouvelle certification Airport Carbon Accreditation niveau 4+ atteste de la baisse, en valeur absolue, de ses émissions, tandis que, déjà, l’aéroport du Golfe de Saint-Tropez se positionne comme le premier de France à pouvoir prétendre à la neutralité sans compensation.

certification Airport Carbon Accreditation
Aéroports de la Côte d’Azur : certification Airport Carbon Accreditation niveau 4+

C’est un engagement ferme des Aéroports de la Côte d’Azur : parvenir d’ici 2030 - soit 20 ans plus tôt que les engagements pris au niveau mondial lors de la COP21 - à la neutralité carbone sans compensation. En 2018, le Groupe avait été le premier de France à obtenir l’Airport Carbone Accreditation niveau 3+, certifiant sa neutralité carbone par compensation de ses émissions résiduelles.

En 2020, il engageait des opérations de reboisement, directement sur son domaine pour l’aéroport du Golfe de Saint-Tropez, ou dans des communes limitrophes pour ceux de Cannes-Mandelieu et de Nice Côte d’Azur. Cette étape, inédite en France, permet de créer des puits de carbone naturels et ainsi d’absorber, au gré de la croissance des arbres, jusqu’à 300 tonnes équivalent CO2 par an.

Enfin, entre 2018 et 2019, une étape décisive a été franchie puisque les trois plateformes sont parvenues à réduire leurs émissions directes en valeur absolue : -4,4% pour Nice, -20% pour Cannes-Mandelieu et -27% pour l’aéroport du Golfe de Saint-Tropez.

Moins d’émissions, malgré l’évolution du trafic, plus d’absorption, directement sur leurs territoires : désormais, le Groupe Aéroports de la Côte d’Azur est le premier de France à obtenir la toute nouvelle, et la plus exigeante, Airport Carbon Accreditation niveau 4+ et le 2ème au niveau Européen.

« Obtenir l’Airport Carbon Accreditation niveau 4+ n’est pas une médaille et encore moins un faux nez pour une opération de greenwashing. C’est la reconnaissance internationale d’un engagement sincère et d’un plan d’actions ambitieux et inédit.

Quand nous réduisons nos émissions directes, en valeur absolue, nous préservons notre territoire. Cela implique de nombreuses actions, la mise en œuvre d’innovations, la recherche quotidienne de solutions pour réconcilier le transport aérien avec les exigences en matière de qualité de l’air.

Demain, des avions faiblement émissifs décolleront et atterriront d’aéroports totalement neutres. C’est le sens de l’histoire et nous voulons en être le laboratoire », justifie Franck Goldnadel, président du directoire des Aéroports de la Côte d’Azur.

Saint-Tropez, vitrine d’une volonté sans faille en matière de préservation de l’environnement

Depuis la reprise de sa gestion en 2013 par le Groupe Aéroports de la Côte d’Azur, l’aéroport du Golfe de Saint-Tropez a réduit de 62% ses émissions directes tout en accompagnant une hausse de 22% de son trafic.

En 2020, ses émissions résiduelles se sont élevées à moins de 17 tonnes, tandis qu’une opération massive de reboisement, représentant une capacité d’absorption de près de 30 tonnes équivalent CO2, et la mise en valeur de ses 22 hectares de forêts sont engagées. Ces actions permettent à l’aéroport d’atteindre non seulement la neutralité sans compensation, mais encore d’absorber à termes une partie des émissions des avions en demi-croisière.

Si les aéroports de Nice Côte d’Azur et de Cannes Mandelieu progressent d’année en année sur cette ambitieuse feuille de route, celui du Golfe de Saint-Tropez a d’ores et déjà atteint cet objectif.

« L’aéroport du Golfe de Saint-Tropez, par sa dimension et du fait que nous assurons directement l’ensemble des opérations au sol, a fonctionné comme un laboratoire d’idées et d’innovations, pour tester des solutions et mettre en pratique notre politique neutre carbone.

Les progrès réalisés et les bénéfices qu’ils représentent pour son territoire nous engagent et nous motivent à aller encore plus loin sur l’ensemble de nos plateformes afin d’être totalement neutre à court terme, sans compensation, et d’amplifier les efforts de toute la filière aéronautique en matière de transition énergétique », se félicite Franck Goldnadel, président du directoire des Aéroports de la Côte d’Azur.

Concrètement, depuis 2013, l’aéroport varois a réussi à réduire de près de deux tiers ses émissions directes, soit une économie de 44 tonnes équivalent CO2 pour un investissement de plus de 150 000 euros. Toutes les pistes ont été exploitées. Les plus simples, comme le changement des ampoules énergivores par des ampoules Led, la création de puits de lumière dans les bureaux pour limiter l’usage de l’éclairage artificielle, l’isolation de certaines parties des bâtiments.

D’autres, simples mais coûteuses, comme le recours exclusif à de l’énergie renouvelable, ou innovantes, comme l’électrification de la flotte de véhicule et engins de pistes. Autre concrétisation, la pose sur 4 véhicules de boîtiers « antismog », innovation portée par la Fondation Solar Impulse, présentant un gain immédiat de 67% à 94% d’émissions en moins de NOx et de particules fines.

« Par les actions mises en œuvre au cours des dernières années, nous contribuons autant à la réduction des émissions au niveau mondial, avec le recours systématique à l’électricité décarbonée, qu’à l’amélioration de la qualité de l’air sur le territoire, avec des solutions pour réduire drastiquement les émissions de NOx et de particules fines », complète Isabelle Vandrot, cheffe du département Développement durable et Environnement des Aéroports de la Côte d’Azur.

Le dernier étage de la stratégie de l’aéroport pour parvenir à la pleine neutralité sans compensation a consisté à reboiser une partie de son terrain, avec la plantation de 1 100 arbres d’essence méditerranéenne. Ce puits de carbone naturel représente un potentiel d’absorption de 30 tonnes équivalent CO2 au cours des prochaines années, soit le double des émissions résiduelles de l’aéroport. A quoi s’ajoute une politique de valorisation des 20 hectares déjà boisés qui bordent les pistes, pour renforcer la vitalité des arbres et leurs actions de photosynthèses.

Agir au-delà des émissions directes

« Aujourd’hui, l’aéroport du Golfe de Saint-Tropez est pleinement équipé pour absorber l’intégralité de ses émissions résiduelles, mais aussi pour aller plus loin et permettre de compenser une part des émissions qui ne relèvent pourtant pas de notre responsabilité directe mais de celles des avions en vol.

C’est pour nous du bon sens que d’agir le plus loin et le plus efficacement possible car nous sommes un maillon dans la chaîne du transport aérien. Absorber le plus possible, mais aussi anticiper les carburants d’avenir, c’est le meilleur moyen de préserver notre territoire et nos activités essentielles à son rayonnement et à son dynamisme », conclut Franck Goldnadel.

Au-delà des actions menées en direction de la qualité de l’air, l’aéroport du Golfe de Saint-Tropez a aussi engagé des opérations au bénéfice plus large de son écosystème naturel. Ainsi, le remplacement des caméras de surveillance par des caméras infrarouge permet d’éteindre la nuit les puissants projecteurs qui servaient jusqu’alors à la sécurité du site.

Cette lumière artificielle en moins, en plus du silence induit par la fermeture des pistes la nuit, redonne aux oiseaux le calme dont ils ont besoin. Dans la même optique, l’accord de partenariat avec l’association Aéro Biodiversité permet de renforcer les mesures de préservation des espèces végétales, animales et plus largement de tout l’environnement immédiat de l’aéroport.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T
c' est une belle performance
Répondre
B
oui c'est à saluer