Aerobernie

Web journal actu de l'aéronautique, l'aviation, du transport aérien, de la gestion du trafic aérien, et des aéroports.

skeyes recrute des contrôleurs aériens

Assurer la sécurité et l’efficacité du trafic aérien : c’est la tâche complexe des contrôleurs aériens. skeyes recherches des candidates et candidats motivés pour débuter la formation de contrôleur aérien. Les inscriptions pour le concours de recrutement sont possibles jusqu’au 20 mars 2019 via le site web de skeyes.

skyes recrutement controleur aérien

 

skeyes recrute des contrôleurs aériens

Les contrôleurs aériens de skeyes gèrent plus d’un million de mouvements de vol par an dans le ciel belge ainsi que dans les différents aéroports du pays. Ils sont les garants de la sécurité aérienne.

Le métier est complexe et investi de grandes responsabilités. C’est pourquoi, les contrôleurs aériens doivent – parmi d’autres qualités – être rigoureux, avoir une bonne représentation spatiale, être capables de prendre rapidement les bonnes décisions, être résistants au stress, savoir travailler en équipe et posséder une bonne connaissance de l’anglais, langue internationale de l’aviation.

Pour débuter la formation de deux ans, les candidats doivent participer aux épreuves de sélection. Ceux qui obtiendront les meilleurs scores à tous les tests (cognitifs, psychologiques et médicaux) pourront débuter la formation.

 

En pratique

Les candidats doivent avoir minimum 17 ans (et obtenir leur CESS cette année) et moins de 26 ans. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au mercredi 20 mars 2019 et se font via le site web de skeyes. C’est ici que les personnes intéressées trouveront toutes les informations concernant le métier de contrôleur aérien, les conditions d’admission ainsi que les épreuves éliminatoires.

Grâce à Entry Point North Belgium, le centre de formation de skeyes, la formation a lieu en Belgique.

Deviens contrôleur aérien chez #skeyes

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article